Welcome to India !

De Lyon à Singapour en Vélo

Welcome to India !

Jour 92 (2 novembre 2018)

Après un passage express par la Mecque (comprenez une connection de 9h à l’aéroport de Djeddah), nous posons les pieds sur notre nouveau terrain de jeu : le sous continent Indien. Passage de l’immigration sans encombres, nous voilà dans l’attente de nos bagages, qui tardent à montrer le bout de leur nez…

Pour patienter, nous avons le droit au spectacle « trouveras tu ton eau de Zamzam ? ». Mettez 200 indiens survoltés autour d’un carrousel où vous envoyez des centaines de cartons d’eau bénite semblables à une petite inscription près (le nom du propriétaire). Rigolade assurée ! Malheureusement la sécurité de l’aéroport ne nous laissera pas le temps de prendre une photo.

Nous récurerons finalement nos vélos une petite heure et demie plus tard. Quelques collisions à signaler sur l’emballage, mais ça n’a pas l’air très méchant. Nous ferons un check-up complet plus tard et partons plutôt à la recherche d’un taxi, car il commence à se faire tard.

Nous avions potassé toute les arnaques possibles pour ne pas tomber dans les pièges à touristes : un taxi ça doit être maximum 500 Roupies de l’aéroport au centre-ville…

Nous payons 1500 pour avoir l’assurance d’avoir un véhicule type « camionette » et n’avons finalement qu’une voiture classique avec les vélos sur le toît… Bref on s’est fait avoir comme des touristes !

 

Jour 93

Ce matin nous nous réveillons reposés et nous attablons devant un petit déjeuner à base de soupe de légumes (épicée mais pas trop), riz aux noix de cajou, petits pains de semoule et banane : délicieux! Nous sortons ensuite de notre auberge pour effectuer deux missions pas très fun mais fondamentales pour la suite du voyage : 1) trouver des roupies et 2) trouver un carte sim indienne.

3 heures, 25000 coups de klaxon, 35 distributeurs automatiques et 2 boutiques de téléphone plus tard, nous rentrons bredouilles. Bien que l’on ait vu plein de choses intéréssantes à manger dans les rues nous nous contenterons de pâtes instantanées turques pour notre repas, du fait de l’absence de roupies dans notre porte monnaie…

Quelques coups de téléphone à nos banques et quelques filouterie chez l’opérateur téléphonique Jio nous permettrons d’achever notre après-midi la bourse pleine de roupies et une carte sim dans la poche. On en profite même pour remonter nos vélos et vérifier que la transport ne les a pas endommagés à outre mesure.

Une fois le logistique terminée, nous allons déambuler dans les rues de notre quartier ‘Malad East’, les yeux écarquillés par tout ce que nous découvrons ici.

Pour le repas, nous tentons les « tapas » : on passe d’un boui-boui à l’autre et prenons un échantillons de tout ce qui nous tente : Galette de quelque chose, Boulette de machin, Lassi à base de truc… Avec toujours un goût bien épicé, malgré l’assurance « no spicy » de nos vendeurs.

Après cette première journée, on rentre tranquillement à l’hôtel en se demandant si l’un ces mets contient notre première tourista…

 

Jour 94

RAS ce matin, la nuit fut calme, le stock de Smecta reste à sont plus haut niveau ;-). Nous partons donc à la découverte du centre historique de Mumbai, tout au sud de la ville qui se résume aux quartiers coloniaux de l’empire britannique.

Nous tentons l’expérience du train, et à notre grande surprise notre demi-wagon (tous les wagons sont séparés en deux parties) est extrêmement vide durant les 50 minutes que dure notre trajet. Par contre celui d’en face est assez bondé c’est à ne rien y comprendre ! On se rendra compte 5 minutes avant d’arriver qu’on s’est assis en « First class » et non en « Second class » comme l’indiquait notre billet (le billet de première class valant à peine 14 fois plus que celui de la seconde…)

Une fois à destination, nous nous dirigeons vers la Gateway of India, porte d’entrée en Inde des colons britanniques. En chemin, nous trouvons un parc immense envahi de joueurs de cricket. Il fait une chaleur de dingue, on se demande comment ils ont encore la foi de courir après un balle quand nous on doit s’arrêter de marcher toutes les heures pour éviter la déshydratation.

Quelques kilomètres de balade, deux trains, un taxi et une visite du départ des ferrys plus tard, nous avons assez vu d’édifices coloniaux et allons découvrir Dadar beach pour s’éloigner un peu de la pierre et du béton. Quelle n’est pas notre déception à l’arrivée : il s’agit d’un plage de détritus concentrant une bonne partie des eaux usées de la ville.

On attendra les plages paradisiaques de l’état de Goa pour plus d’exotisme !

Nous prenons ensuite le train du retour en 2ième classe durant le « rush » hour et là on est pas déçus : wagons bondés à souhait. Nous finalisons les réglages de nos vélos, refaisons nos pochettes, excités de pédaler à nouveau demain matin.

10 réponses

  1. Clavel Marie Claude dit :

    Merci bonne chance pour la suite du périple et bon courage bisous a vous deux

  2. Suzon dit :

    J’espère que vos vacances dans les vacances se sont bien passées :).
    Bonne arrivée en Inde, j’ai hâte de découvrir vos textes et vos photos ! Des bisous

  3. Gabriel dit :

    Vraiment impressionnant!!
    Merci de nous faire partager votre aventure§
    Bises.
    Les Valmontais.

  4. Chantal Larue dit :

    Tu as bien vieilli Rémi !!!

  5. Marie, Niccolo et Sophia dit :

    Comme ce doit être excitant. Je n’imagine pas tout ce que vous devez découvrir.
    Merci pour ces nouvelles et ces photos!!!

  6. Colombe dit :

    Ah, l’Inde, sa quiétude, son calme, ses rues désertes 🙂 la première photo et le commentaire sur les klaxons m’ont rappelés plein de souvenirs de voyage ! Profitez bien !

  7. Meg dit :

    Je prend connaissance à l’instant de votre périple, vous me faites rêver !
    Profitez à fond ça passe très vite 🙂
    Bises, je suivrai de prêt votre aventure pour me rappeler la notre !

  8. Maelle dit :

    Vos vélos ont voyagés entiers en avion et sont bien arrivés, ça a du être un immense soulagement!!! Bonne découverte de l’Inde 🙂
    Bises
    Maëlle

    • Rémi dit :

      Oui ça a été un peu la pression au déballage ????. Ce qui est le plus galère c’est de transporter les vélos une fois rangé. Nous emballerons sûrement nos montures à l aéroport la prochaine fois pour pouvoir y aller plus facilement. J’espère que tout roule pour toi.
      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *