Atterrissage à Goa

De Lyon à Singapour en Vélo

Atterrissage à Goa

Jour 101 (11 novembre 2018)

Hier le pédalier d’Hélène couinait quelque peu, mais ce matin après une bonne côte le « crac-crac » s’amplifie à chaque tour de manivelles et nous sommes contraints à une pause « mécano » sous les yeux ébaillis de quelques indiens. Après analyse, il semble que cela provient du boitier de pédalier. Rémi commence donc le démontage.

L’axe à du mal à sortir manuellement mais par chance un petit spectateur indien à un marteau à la main, qu’il nous prête gentiment. Après un « nettoyage + regraissage » complet de l’axe et du boitier, qui était pas mal encrassé, le bruit cesse et nous repartons contents que la panne ne soit pas plus importante.

Sur la route nous continuons nos diverses séances photos/selfies avec les indiens. Nous en retiendrons deux aujourd’hui. La première avec un adolescent que nous avions croisé quelques kilomètres plus tôt avec ses copains et qui nous rattrape en scooter. Après une photo avec Rémi, il en demande une avec Hélène et requête un baiser de la douce… Il repartira avec une photo classique et à probablement perdu son pari avec ses potes !

Le deuxième est un selfie qui se transforme en séance photo « tu vois mon gros engin de chantier » (en tout bien tout honneur). Un conducteur d’engin veut absolument que nous prenions une photo avec sa machine, puis une autre de l’autre côté, puis encore une autre dans le cockpit etc… Après une dizaine de photos, nous cherchons l’entourloupe, mais il n’y en a visiblement pas, il souhaite juste nous faire plaisir.

Le soir nous arrivons dans la ville de Kankavali ou nous avons prévu de passer la nuit. Les 3 hôtels que nous visitons sont fermés ou complets. Nous analysons la carte et repérons un établissement seulement 4km plus loin, mais après analyse du topo il est aussi 250m au dessus de nous. La nuit arrivant une petite heure plus tard, nous ne trainons par et entamons la côte en réfléchissant au plan B (camping dans la cambrousse indienne) si nous ne trouvons finalement pas de toit pour la nuit.

Arrivés en haut c’est un superbe hôtel à un prix dérisoire qui nous attend. On pose nos sacoches et Hélène profite d’une vrai douche pour se laver les cheveux.

 

Jour 102

Aujourd’hui nous avançons péniblement le long de la route 66 qui est en travaux du début à la fin de la journée. Le chantier consiste à doubler les voies de l’autoroute, cependant on ne comprends pas la logique génie civil des indiens : tout est commencé rien n’est achevé ! On passe la journée à rouler sur différents revêtements au milieu de ce bazar (graviers, terre, asphalte,béton…) et à prendre des « diversions ». Bref ce n’est pas l’éclate, mais on ne se plaint pas !

En chemin, nous rencontrons une thésarde de l’Université de Mumbai qui travaille sur le développement du tourisme dans l’état du Maharshtra : nous sommes donc de très bons spécimens pour son étude. Méthodiquement, elle nous pose plein de questions pratiques concernant notre voyage et on s’en sort même avec un questionnaire à remplir qui va servir dans sa thèse.

Entre deux diversions et trois camions qui nous couvrent de poussière, on a droit à un peu d’humour indien concernant le sécurité routière.

Heureusement qu’ils roulent vraiment lentement, car c’est pas l’anticipation au volant qui les sauvent des accidents ! On voit d’ailleurs aujourd’hui notre premier accident sans blessé à signaler.

Petite pause à l’ombre d’un énooooorme arbre le midi, comme nous en croisons pas mal ici.

Le soir, c’est la guerre pour trouver un chambre à moins de 1000 roupies : on s’arrête au moins dans une dizaine d’hôtels avant de trouver chaussure à notre pied dans un quartier un peu bruyant.

Avant de se coucher, on frappe à notre porte : c’est le gérant de l’hôtel nous annonce que nous avons de la visite… Un indien et sa femme qu’Hélène à croisé pendant que Rémi faisait la tournée des hôtels vient nous donner des conseils pour visiter l’état de Goa, car il est originaire de là-bas. Vraiment adorable !

 

Jour 103

On recommence la journée avec la route 66 en travaux et après 30 kilomètres aussi chaotiques que ceux de la veille c’est la délivrance quand nous tournons en direction la côte. Route lisse, sans trop de trous, de véhicules et sans trop de dénivelé, le paradis pour nous !

Les paysages sont grandioses et se tropicalisent de plus en plus que l’on approche de la frontière avec l’état de Goa.

Après plus de 80 kilomètres au compteur nous rejoignons notre auberge dans la ville d’Arambol, qui s’avère être une station touristique importante : on croise de dizaines d’européens en quelques minutes alors que nous n’en avions vu aucun depuis Mumbai! Il semble que le village a été transformé par le tourisme de masse de telle sorte que nous avons l’impression de ne plus être en Inde…  La plage est un peu trop aménagée à notre goût, et encore très remplie à cette heure tardive…

Nous ferons quand même une rencontre sympathique : un cyclotouriste Russe qui est parti de Mumbai comme nous et qui va aussi pousser son vélo jusqu’au Kérala !

3 réponses

  1. Chantal Larue dit :

    Est ce que les sacs au bord de la route servent à éviter de tomber dans le fossé ?
    Bisous
    Chantal

  2. Marjorie dit :

    Photos Magnifiques, Quelles couleurs!! Merci beaucoup de nous faire voyager avec vous.

  3. Salut les cyclotouristes !

    Magnifiques photos… Au top, c’est du bonheur pour les yeux…

    Rémi, comme je te vois sur la niveleuse en photo, si tu veux rentrer dans les BTP, mon père peut te pistoner ! ^^

    Have a Nice trip Dudes …des bises de Mars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *