Aux portes du Karnataka

De Lyon à Singapour en Vélo

Aux portes du Karnataka

Jour 104 (14 novembre 2018)

Une petite baignade matinale sur une plage cachée et quasi déserte nous réconcilie avec Arambol.

Ne sont elles pas sexys nos marques de bronzage cyclistes ?

Nous enfourchons nos bicyclettes et nous retrouvons pour la première fois sur une vraie autoroute : une 2*2 voies où les voitures et camions roulent jusqu’à 70 km/h, ce qui est très rapide dans le référentiel indien !

Nous suivrons cette route jusqu’à la ville de Panaji, capitale de l’état de Goa. Quand nous arrivons nous avons l’impression de nous retrouver en Europe : on trouve des églises à chaque coin de rue, des pavés, des battisses coloniales jaune et blanche,et surtout des trottoirs (généralement absents des villes indiennes) !

Nous parcourons une partie de la ville à la recherche d’une bouteille de gaz pour notre brûleur mais hélas sans succès.

 

Jour 105

Ce matin nous quittons la côte, afin de rejoindre un sanctuaire de papillons qui se situe 30 kilomètres à l’intérieur des terres. Ça fait un petit détour par rapport à notre itinéraire prévisionnel, mais la description que nous avons pu lire était plutôt alléchante.

Nous arrivons sur place en fin de matinée après avoir roulé sur une petite route sinueuse dans la forêt tropicale. Pas grand monde à l’horizon mais un homme finit par nous récupérer et nous emmène visiter le sanctuaire. Tout excités de voir de gigantesques papillons de toutes les couleurs, nous patientons poliment quand le conservateur commence à décrire les différents arbres présents… Il nous emmène ensuite nous tremper les pieds dans un bassin avec de petits poissons, s’en suit une ballade dans le sanctuaire qui ne fait finalement que la taille d’un terrain de tennis. Notre guide conclura la visite en nous disant que les papillons viendront probablement quand il y aura plus de soleil, avant de nous laisser pour accueillir d’autres personnes.

Bilan des courses, nous n’avons ni vu plus de papillon que lorsque nous pédalons, ni plus gros, ni plus colorés. Ce n’était peut être pas la saison et on se console avec de belles orchidées et une méga araignée.

Sur le chemin du retour, nous apercevons toute la puissance de l’ingénierie indienne sur un chantier de remplacement de poteau électrique.

Effet boule de neige, nous nous retrouvons à devoir traverser un embouteillage qui n’aurait pas de raison d’être si les indiens était un peu plus disciplinés. A la place, chacun essaye de forcer le passage au carrefour bloquant totalement le flux avec la pauvre Hélène qui essaie de se débattre avec sa bicyclette au milieu de ce foutoir.

Elle finira par s’en sortir après 10 bonnes bonnes minutes de patience.

Le soir nous rejoignons la côte, où nous attend une superbe plage de sable blanc, calme qui plus est.

 

Jour 106

Un petit footing sur la plage et un petit déjeuner de champions nous ferons bien attaquer cette journée. Nous décollons de notre chambre vers 10h, direction l’état du Karnataka. Après trente kilomètres et deux belles montées par 37°C, nous nous arrêtons pour nous restaurer et Hélène déguste un ‘Gobi Muncharian’ qui est à noter dans les annales : c’est notre premier plat indien qui ne pique pas du tout !

Nous ferons ensuite notre pause sieste sur la belle plage de Paolem, où des touristes indiens nous recommandent la plage d’Arambol au nord de Goa (l’exacte même que nous avons détesté quelques jours auparavant).

Au passage de l’état de Goa à celui du Karnataka, les policiers demandent à Hélène de se garer sur le côté de la route. Elle pense être repartie pour une petite demi-heure de questions louches mais ce n’est pas le cas. Ils en profitent juste pour poser toutes les questions qui leur viennent à l’esprit et assouvir leur curiosité : quelle taille vous mesurez ? où allez vous ? depuis combien de kilomètres vous roulez ? vous sentez-vous en sécurité en Inde ? Ils sont très sympathiques (rien à voir avec notre dernier contrôle de routine) et on les fait bien rire avec notre voyage à vélo.

A partir de là débute une très large 2*2 voies (chouette pour une fois qu’on peut rouler à deux de front!), qui se transformera un peu plus loin en une 3*2 voies mais les règles de circulation nous semblent bien obscures : il y a des véhicules dans les deux sens sur les trois voies parallèles qui vont au même endroit. On choisit celle du centre, se collons sur la gauche et ne la quittons pas. Cela nous permet d’arriver à bon port en début de soirée avec 80 kilomètres au compteur.

Il fallait bien que cela arrive un jour… ce soir nous inaugurons la trousse à pharmacie avec son plus fun composant : nous avons nommé le Dulcolax ! Le secret médical nous oblige à garder l’anonymat du patient.

 

***

Bonus

Avez vous repéré un petit détail caché sur la première photo de plage ?

10 réponses

  1. Chantal Larue dit :

    Pour le détail caché en dehors de ce qu il y a sous vos maillots de bain je dirais qu’il s agit du naturiste qui se trouve à droite de la photo ?
    Bisous
    chantal

  2. Denis BERTIN dit :

    Bon ,le petit détail est pris de dos , les enfants pourrons regarder le blog , ouf !
    Très belles photos d’insectes et d’orchidée.
    Pas trop incommodée par les gaz d’échappement Hélène ?
    Bonne route !

    • Hélène dit :

      En général ça va parce qu’ils sont orientés du côté droit de la route et pas derrière, par contre quand on a un bus ou un camion en face, là on se met en apnée quelques secondes !

  3. Colombe dit :

    Le monsieur tout nu ?

  4. Polette dit :

    Haha oui j’ai vu le petit détail ! 😀

    Et sinon belles traces de bronzages !
    J’espere que celui ou celle qui a pris le médoc va mieux !

    A bientôt !

    Anne

  5. Laurent B. dit :

    Salut les cyclos, l’aventure continue, la consultation de votre blog tous les 3-4 jours est toujours aussi plaisante ! J’adore la photo sur la plage : la combinaison bronzage cyclo / maillot de bain type Franck Dubosc/Camping pour Rémi est au top !!
    J’en profite pour vous remercier de la part de la team RTE pour la carte postale turque qui trône maintenant sur le tableau du bureau Long Terme.
    Continuez à bien en profiter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *