Et ce qui devait arriver… arriva

De Lyon à Singapour en Vélo

Et ce qui devait arriver… arriva

Jour 127 (7 décembre 2018)

Nous prenons la direction de Theri Kaadu, un petit désert de sable rouge que nous avons repéré sur la vue satellite de notre logiciel de cartographie, sans vraiment avoir d’informations concrètes dessus et surtout sans savoir si les 25 kilomètres de détour que nous entreprenons serons récompensés.

On suit une petite route en cul de sac qui mène à un temple hindou au milieu de cette « tâche » rouge. Visiblement ce n’est pas très touristique, mais nos efforts sont quand même productifs. Nous posons nos vélos et continuons à pied derrière le temple. Nous découvrons un étrange paysage mêlant petites dunes de sable rouge et nature tropicale. Nous sommes conquis !

Une petite balade solitaire dans ces paysages et nous réenfourchons nos bicyclettes en fin de matinée pour rejoindre la ville de Thoothukudi, où nous séjournerons ce soir. La route est certes plus empruntée mais on se fraye un chemin entre des immenses exploitations bananières et de grandes rizières, comme nous n’en avions pas vu jusque là.

Nous arrivons à notre hôtel en milieu d’après midi : un « Super Deluxe Moisi » comme il y en a si souvent ici !

 

Jour 128

Le départ de Thoothukudi n’est guère plaisant : hideuses exploitations salines à perte de vue impliquant une vingtaine de kilomètres sans arbre et donc sans ombre. Puis s’en suit une longue ligne droite sans beaucoup plus de végétation et avec le vent de face, ce qui rend le pédalage très monotone.

De plus, on ne sait pas trop si c’est le Tamil Nadu ou bien nous qui commençons à nous lasser mais les locaux que nous croisons ces derniers jours ne sont pas très fun, voire même un peu lourds. On se fait souvent dévisager longuement par les motos qui se mettent à notre niveau quand elle doublent mais dont les conducteurs n’échangent pas un mot, on veut un selfie de nous sans même un salut ou des questions sur notre voyage, les bus Express nous frôlent, et surtout les indiens ne savent pas dire non, alors ils disent « oui-oui » tout le temps sans même comprendre le sens de nos questions… bref des petits détails mais qui nous rendent des fois un peu grognons !

Donc après 4 refus de selfie et 60 kilomètres sur un route ultra droite nous arrivons dans le village de Narippaiyur et sommes accueillis à notre AirBnb par des noix de cocos fraichement cueillies du jardin de la maison.

Les propriétaires sont adorables et la chambre d’une propreté irréprochable : cela nous remet de bonne humeur !

 

Jour 129

Jour censuré, pour cause de tourista générale. Si on pensait avoir touché le fond hier… et bien non c’était aujourd’hui !

Ça aide à relativiser !

 

Jour 130

Si hier c’était Hélène qui était vraiment dans le mal, cette nuit c’est au tour de Rémi de trinquer. On pioche dans la trousse à pharmacie pour essayer de nous remettre d’aplomb, mais cela ne suffit pas… Au petit matin, décision est prise de re-décaler d’un jour notre départ car nous sommes encore patraques.

Heureusement, la famille chez qui nous restons est au petits soins avec nous et nous prépare d’excellents repas « stomach friendly » et va même nous chercher des sachets de réhydratation à la pharmacie ! Dans notre mésaventure, on est quand même tombés malades dans le logement le plus sympa 🙂

Coincés au lit pour une journée de plus, nous commençons la planification de notre périple Sud-Asiatique, et finalisons nos achats de Noël (en ligne pour cette année).

Un regain de forme en fin d’après midi nous fera sortir du lit pour une petite balade entre « palmira trees » et bord de mer, le tout au moment du coucher de soleil : sublime !

 

Jour 131

Au réveil, chacun vérifie l’état de forme de l’autre avec une question du style « Et le ventre aujourd’hui ? ». Bilan : ça y est l’équipe est sur pieds !

Petit déjeuner prudent à base de pâte de riz saupoudré de sucre et de coco rapée, puis rangement des pochettes, tout semble en bonne voie pour reprendre la route sur les coups de 8h30…

Quelque minutes avant le départ de l’étape, c’est finalement une décision de report de celui ci, pour cause de rechute du camarade Lefèvre ! Nous pressentons donc une nouvelle journée off…

10h30, et quelques médicaments plus tard, ça semble se stabiliser et nous faisons le choix de tenter l’aventure. Nous complétons nos gourdes avec la poudre de réhydratation, puis nous passons dire un grand merci à nos hôtes, pour nous avoir épaulé durant cette épreuve. Il nous répondent simplement que cette tourista était un « cadeau du ciel », car elle nous a permis de rester plus longtemps avec eux… Une subtilité indienne que nous avons du mal à capter !

La performance n’est peut être pas de la partie mais nous passons tout de même une belle journée, heureux d’être à l’air libre et de nouveau sur la route.

Petite précaution tout de même, on évitera les bouibouis dans les prochains jours…

2 réponses

  1. CHANTAL LARUE dit :

    Toujours de magnifiques photos
    Prenez soin de vous, bonne continuation

  2. Marie, Niccolo et Sophia dit :

    Coucou à vous deux,

    Désolé d’apprendre que vous avez été malades. J’espère que vous êtes remis et en plein forme.
    En effet il fallait peut-être, que ça arrive à un moment donné dans votre aventure. Coup de chance en effet ce chouette logement dans un moment pas cool.

    Un peu d’air frais ( sans poisson) va sure ment vous faire du bien!

    Bon courage.
    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *