Au fil de l’eau Tamoule

De Lyon à Singapour en Vélo

Au fil de l’eau Tamoule

Jour 136 (16 décembre 2018)

Ça roule tout seul  aujourd’hui : à midi nous avons déjà parcouru 50 kilomètres grâce à une route parfaitement lisse en faux plat descendant tout du long, et donc les 3/4 de notre kilométrage du jour. Nous nous arrêtons dans une restaurant végétarien qui ne paye pas de mine et là c’est le méga jackpot : un des meilleurs thalis du voyage pour Rémi et un excellentissime « Cashewnuts rice » pour Hélène, on est aux anges !

L’après midi, nous continuons notre pèlerinage hindou et allons visiter le temple de Thanjavur, qui est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pas d’explosion de couleurs cette fois-ci mais cela ne gâche pas pour autant le charme du lieu.

Ce que l’on apprécie grandement dans les temples hindous c’est que ce sont de véritables lieux de vie : les enfants s’amusent, les ados se retrouvent, les adultes font la sieste, discutent entre amis, on peut même acheter à manger et à boire…tout cela en laissant la possibilité pour ceux qui le souhaitent de se recueillir, prier ou autre. L’ambiance détendue, ne gâche en rien la spiritualité des lieux, contrairement aux lieux de culte français/européens où la sobriété et la discrétion nous semble une condition sine qua none pour entrer !

Après une petite sieste dans les jardins, nous rentrons tranquillement à notre auberge en essayant d’élucider un des mystères du temple : la pierre au sommet de la plus haute tour pesant environ 80 tonnes, comment ont-ils fait pour monter un si gros cailloux au 11ième siècle alors qu’aucune machine de levage n’existait?

 

Jour 137

L’auberge dans laquelle nous séjournons étant assez sympa, nous prenons notre temps ce matin et profitons de la terrasse pour déjeuner au calme. Nous pensions être les seuls à séjourner ici cette nuit, alors quelle n’est pas notre surprise quand un français passe nous saluer !

Nous n’avons pas vu d’Occidental depuis plusieurs jours et de concitoyen depuis plus d’un mois, alors nous partageons un moment éphémère et échangeons sur nos voyages respectifs. Son premier voyage en Inde était dans les années 70′, il a donc un peu plus de bouteille que nous…

Sur les coup de 10h30, c’est le moment pour nous de repartir, et nous le retrouvons sur le perron de la maison… Visiblement le véhicule qu’il avait commandé n’est pas venu et il essai d’arranger la situation comme il peut, avec un calme à toutes épreuves malgré les réponses tarabiscotées de ces interlocuteurs. Il finira par nous doubler dans un véhicule un peu délabré après une vingtaine de kilomètre. Sa zen-attitude à payé !

Voici le vélo officiel indien : ce modèle est partout disponible en deux coloris (vert ou tout rouillé)

Le reste de la journée se déroule sans encombres jusqu’à la ville de Kumbakonam.

 

Jour 138

Après quelques kilomètres sur une route sans grand intérêt, nous passons sur un immense barrage, qui visiblement ne laisse plus s’écouler l’eau. Ce qui en France aurait probablement fait un paysage vaseux pas très esthétique, laisse ici apparente une belle plage de sable blanc…

Et cerise sur le gâteau, nous apercevons même de gros crocodiles se dorer la pilule.

Nous décidons donc de suivre la petite route qui se trouve sur la digue longeant le lit de cette rivière intermittente, plutôt que l’itinéraire initialement prévu sur une route plus importante.

Nous profitons d’une route qui certes s’effondre par endroits, mais qui au moins ne permet plus aux voitures de circuler : 20 kilomètres de pure tranquillité au milieu de la végétation, où l’on se retrouve coincé entre deux rivières de part et d’autre.

Lorsque nous rejoignons la route principale, il ne reste plus beaucoup de kilomètres à parcourir au milieu des rizières et nous les avalons à vive allure.

 

Jour 139

Le réveil est difficile ce matin : une fête hindoue a probablement eu lieu dans la nuit et la musique qui provenait du temple à côté duquel nous logeons était tellement forte qu’on s’est fait réveiller presque toutes les heures…

Nous partons aux alentours de 9 heures en direction de la Mangrove de Pichavaram pour une visite en bateau. Nous roulons une petite quinzaine de kilomètres pour atteindre l’embarcadère, et nous nous mettons en quête d’un bateau et d’un matelot.

Nous embarquons dans une jolie barque bleue, s’en suivent alors 2 heures d’une tranquillité absolue, sans aucun autochtone à proximité (à part notre rameur bien sur!), et sans bruit : une petite bulle d’oxygène dans ce monde de klaxons !

Nous retrouvons Chidambaram et son agitation en début d’après midi et allons visiter le fameux temple de le fête : cette fois-ci les photos ne sont pas autorisées mais on a accès à toutes les parties du monument (souvent certaines parties ne sont pas accessibles aux non-hindous). L’édifice est très grand, mais un peu (voire beaucoup) décrépit et pas de traces des festivités de la veille.

Après un dîner à base de très bonnes parottas (nos galettes préférées d’Inde), nous allons nous coucher en espérant que cette nuit sera plus calme que la précédente, mais la musique que nous entendons aux alentours de 22 heures n’augure rien de bon…

 

Jour 140

Après une nouvelle nuit agitée par la musique du temple, nous partons vers une destination connue de tous les bacheliers : Pondichéry !

Notre itinéraire du jour serpente au milieu des rizières, qui cette fois ci ne sont pas encore plantées. On découvre alors la face caché de la préparation des terrains, ou des dizaines d’ouvriers agricoles triment les pieds dans la boue pour labourer, ré-aplatir et segmenter les futures plantations.

La visite de cet ancien comptoir français en Inde est prévue pour demain. On vous avoue que si nous arrivons à trouver une petite boulangerie à la française on serait aux anges…

2 réponses

  1. Chantal Larue dit :

    J’ai profité de cette étape pour expliquer à Eva, ce que représentait Pondichery.
    Bonne visite
    Chantal

    • Rémi dit :

      C’est vrai que la France en Inde, c’est tout une histoire…
      Personnellement, avant de se pencher sur le sujet, nous ne connaissions uniquement ce lieu pour cette particularité de passage du BAC un jour avant la métropole.
      Qui n’a pas regardé les sujets en espérant y trouver une piste de ce qui sortirait le lendemain ?
      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *